Conseil candidats | Les différents types de startup

Tu rêves de rejoindre une start-up ? Ça tombe bien car elles sont de plus en plus nombreuses, prometteuses et à la recherche de recrues talentueuses ! C'est pourquoi nous lançons une série d'articles pour t'aider à y voir plus clair et choisir une start-up qui te corresponde vraiment.


Les différents types de start-up



Dans cet article, nous te proposons un tour d'horizon des différents types de start-up afin de t'aider à t'orienter vers une structure qui réponde vraiment à tes envies et tes ambitions.

Nous avons choisi trois critères majeurs pour différencier les différents types de start-up que l'on peut rencontrer : la taille, le fait d'avoir levé des fonds ou non et le secteur.


1) La taille



Nous distinguons 3 tailles de start-up qui ont des enjeux et des modes de fonctionnement différents :

Early stage


  • Nombre de personnes : 1-15 pax.

  • Types de postes : à ce stade, l’entreprise a très peu voire pas de process du tout, les postes sont donc très transverses et requièrent de suivre une démarche “test & learn”. Ces postes sont donc très formateurs du point de vue “entrepreneurial” puisqu'ils demandent aux salariés de participer from scratch à la construction d'une crédibilité business pour la start-up. Ces expériences sont en général très formatrices et enseignent la débrouillardise : les postes sont très proches du terrain et l’impact de ce qu’on fait se voit directement.

  • Salaires : en général ils sont plus bas, mais il y a plus de chance de recevoir des compensations sous forme de parts, et d’accéder plus rapidement à un poste de “C-level”.

alt

  • Les + : poste multi-tâches, qui permet de suivre un projet depuis le tout début, très proche du terrain, visibilité directe de l’impact, possibilité d’avoir des parts. Parfait pour les entrepreneurs qui veulent apprendre à entreprendre et toucher à tout !

  • Les - : salaires plus bas, manque de moyens, plus de risques.


Middle stage


  • Nombre de personnes : 15-50 pax.

  • Types de postes : l’enjeu d’une start-up middle stage est avant tout de se structurer en grandissant (rapidement !). Il s’agit le plus souvent de construire les premiers départements de l’entreprise, de séparer les expertises métier et de s’organiser pour générer de plus en plus de CA. Les postes sont plus spécialisés tout en laissant de la latitude pour les initiatives individuelles.

  • Salaires : ils sont plus élevés que pour le early stage, mais passent difficilement au-dessus des 60k€ pour les postes managériaux. C’est durant cette phase là que la start-up fera potentiellement une levée de fonds, ce qui peut accroître les salaires.

alt

  • Les + : encore beaucoup d’initiatives à prendre, possibilité de grandir sur une expertise métier, plus de stabilité, possibilité de manager sur le moyen terme. Parfait pour les tempéraments entrepreneurs, mais postes déjà plus circonscrits.

  • Les - : il peut rester une légère incertitude sur le futur de l'entreprise, il y a moins d’exploration mais tout n'est pas encore structuré à 100%, la pression de la croissance et/ou de la rentabilité peut être forte.


Start-up mature


  • Nombre de personnes : plus de 50 pax.

  • Types de postes : les objectifs principaux d’une start-up mature sont la scalabilité, l'optimisation des process et le développement sur d’autres territoires (autres villes ou international). Les départements disposent de plus de moyens, dans tous les domaines : la tendance est à l’investissement pour assurer ses arrières en R&D pour améliorer le produit existant ou en lancer de nouveaux. Les postes tendent plus vers du mono-tâche et des spécialisations.

  • Salaires : pour les postes junior, ils restent au même niveau que pour les start-ups middle stage, mais ils ont tendance à être plus élevés pour les positions managériales selon la rentabilité et les levées de l’entreprise.

alt

  • Les + : plus de moyens, de structure et d'organisation, une ambition qui devient globale, phénomène d'émulation au sein de l'entreprise puisqu'on va apprendre auprès de gens meilleurs que soi. On reste dans une zone de confort comparable à une entreprise classique mais en plus dynamique. Parfait pour faire une transition en douceur de grands groupes ou entreprises plus classiques, ou des startuppers qui veulent installer des process dans des périmètres très définis.

  • Les - : moins près du terrain, on voit moins l’impact de ses actions, moins agile (fini l’arrache), ça devient un peu politique, moins maître de nos décisions. Difficile également de conserver une culture forte et une ambiance telle qu'elle était les années précédentes.


2) Les levées de fonds


Quels avantages si la start-up a déjà levé des fonds ?

alt

Plus de moyens : lever permet évidemment d’investir plus et plus rapidement. Donc globalement, on peut se permettre de tester plus de campagnes, canaux, recrutements, etc. et voir plus grand. Cela signifie par exemple que l'on tergiverse moins pour savoir si on peut s'offrir un nouvel outil de mailing ou un CRM de meilleure qualité. Généralement, l’idée est de se détacher de la concurrence pour prendre une place de leader sur son marché.

Plus d’évolution : si tu prends un poste autour d’une levée de fonds, il y a des chances pour qu’il y ait beaucoup de mouvement et de recrutements. Cela signifie donc plus de possibilités de construire des équipes, et d’évoluer individuellement en peu de temps.

Tout va plus vite : les levées sont les points de pivot de la croissance d’une start-up. La conséquence, c’est que tout va plus vite dans les quelques mois qui suivent une levée, ce qui donne un sentiment d’avancer.

Belles perspectives de croissance : nous constatons qu’une start-up qui a levé a en général plus de chances de grandir vite, ce qui signifie rejoindre une aventure qui a plus de chances de devenir grande et reconnue.


Quels inconvénients ?



Moins de liberté : lors d’une levée de fonds, les fondateurs diluent leur responsabilité (et leur nombre de parts !) avec les investisseurs. Cela signifie que l’on doit rendre des comptes aux investisseurs, et qu’il faut donc justifier le ROI de nos actions avec plus de reporting vers des personnes qui ne sont pas sur le terrain avec les équipes.

alt

Il faut mettre plus de monde d’accord : pour les décisions plus stratégiques, il faut mettre d’accord tous les membres du board, ce qui peut demander de la pédagogie et de la diplomatie et peut parfois réduire l’agilité de la start-up.

Plus de pression sur la croissance : c’est le point le plus contraignant. Les investisseurs veulent récupérer leur mise rapidement, il y a donc naturellement une pression plus forte sur la croissance et le CA.

La question de la rentabilité : pour soutenir une croissance forte, les start-up ayant levé ont tendance à avoir un très fort cashburn par rapport aux rentrées. La rentabilité et la pérennité de l’entreprise sont des questions qui se poseront bien plus tard.


Est-ce un argument pour choisir sa startup ?



Chez Ignition Program, nous avons constaté que pour beaucoup de candidats la levée de fonds est un argument décisif pour choisir sa startup mais nous sommes convaincus que ce n'est pas suffisant. D’autres éléments entrent en jeu et ne dépendent pas d’une éventuelle levée : les valeurs, l’équipe, le management… Pour résumer, une start-up qui a levé des fonds n’est pas forcément mieux qu'une autre, elle présentera juste des enjeux différents.
Par exemple chez Ignition Program, nous n’avons jamais levé de fonds et pourtant notre start-up connaît elle aussi une forte croissance, et une réelle rentabilité (ce qui prend généralement beaucoup plus de temps pour une start-up post levée).


3) Le secteur


Si tu es vraiment passionné(e) par un secteur - comme la foodtech, les voyages, la fintech ou l'économie solidaire - et que tu concentres tes efforts de recherche dans ce secteur c’est un vrai plus ! Être passionné par ce que l’on fait au quotidien permet souvent d’aller plus loin car on est souvent prêt à s'investir encore davantage lorsqu'un projet nous fait vraiment vibrer.

alt

En revanche, si tu as travaillé dans un certain secteur et que cela n'était pas stimulant, cela ne signifie pas pour autant que tu ne t'épanouiras pas ailleurs. Une connaissance sectorielle s’acquiert très vite - c'est l'affaire de quelques mois. Nous avons constaté que ce n’est pas du tout le saut le plus compliqué à faire.

Au cours d’une recherche, laisse-toi surprendre par des secteurs que tu connais moins ou que tu n'aurais jamais envisagé de prime abord ! Les missions proposées par la start-up et les enjeux du poste peuvent tout de même avoir du sens pour toi.

En somme, certains secteurs - que tu imaginais peu attrayants pour toi - pourraient te surprendre, et c’est assez rapide de découvrir un domaine que tu ne connaissais pas en entretien. C'est pourquoi nous te conseillons de garder l’esprit ouvert et de rencontrer un maximum d’entrepreneurs lorsque tu es en recherche. Car en réalité, au moment de rejoindre une start-up c’est souvent l’équipe qui prime, une vraie famille !

alt



Tu en sais maintenant plus sur les différents types de start-up que tu pourrais potentiellement rejoindre. Si cet article t'a plu, n'hésite pas à nous le faire savoir et à le partager ;-) !

top