DE L'ORÉAL À UNE START-UP | Raphaël, Head of Operations @ Avostart

Découvrez le parcours assez fou de Raphaël, un Ignitee qui est passé de L’Oréal à une startup, Avostart. Après 7 ans à voyager et évoluer pour ce grand groupe, Raphaël a décidé de sauter le pas de l’écosystème startup aux côtés d’Ignition Program. Appréhensions, besoin d’adhérer à une vision, d’avoir de l’impact, il nous raconte son histoire et comment il a dû gérer cette transition.

Raconte nous ton parcours et ton évolution au sein de L’Oréal

Raphaël, j’ai fait Science Po, je suis ensuite parti aux États-Unis en échange international. À mon retour, j’ai fait un Master en Marketing – spécialité luxe – durant lequel j’ai effectué une césure au Brésil en tant que Business Developer pour L’Oréal. Mon job était de développer la première micro distribution dans une favela.

Pour finir mon Master, j’ai occupé un poste de Business Analyst chez L’Oréal à Paris, un an et demi à manger des chiffres. Là, j’ai été chargé d’une étude sur l’Amérique Latine afin de comprendre toutes les best practices de la zone et la méthodologie de lancement.
Puis, j’ai fait des sales dans le sud de la France. Du jour au lendemain, on m’a dit : prépare ta valise tu commences lundi à Toulouse. Pendant 9 mois, je parcourais tout le Sud-Ouest avec ma petite voiture et mes shampoings À la suite de quoi je suis retourné à Paris en tant que chef de projet à la Direction Marketing International. C’était un grand écart : passage du dernier échelon de la vente au premier échelon : la création du produit. Énorme jeu politique et de priorisation.
Il y a de gros enjeux de timing dans une boite de 70 000 salariés, ça prend du temps. Il faut apprendre à déléguer, ce n’est pas possible de gérer un projet à 500k€ tout seul.
En termes de chiffres et expositions, la DMI (Direction Marketing Internationale) est assez intense, tu n’as pas le droit de te louper !

En side project, j’ai commencé à développer un projet avec ma boss : « le co-développement ». Concrètement, l’objectif était de faire des partenariats avec des influenceurs. Le projet a été développé et décliné par toutes les franchises à leur niveau. Ma boss a voulu que je sois responsable du projet qui a finalement été décliné à Paris, à NY, à LA, en Corée… C’était ouf !

"Avec les stages je suis resté en tout 7 ans chez L’Oréal. C’était une superbe expérience mais je me suis rendu compte que je ne m’épanouissais pas vraiment dans ce milieu. Je voulais bosser sur un service, L’Oréal m’a beaucoup apporté mais j’avais envie d’avoir plus d’impact. Je voulais trouver quelque chose qui ait une forte valeur. Je suis convaincu que ce n’est pas incompatible d’améliorer la société autour de nous tout en ayant une boite qui fonctionne et qui fasse de l’argent.
J’avais besoin de ça, j’avais besoin d’aller dans le bon sens pour ne pas attirer la société vers le bas."

alt

Parle nous de ta startup et pourquoi l’avoir rejoint ?

Avostart, c’est une market place pour mise en relation d’avocats et de clients, co-fondée par Stéphane Le Viet, Pierre Aïdan et Timothée Rambaud. J’ai rejoint la startup fin décembre. C’est tout récent !

Étonnamment, l’opportunité que l’on m’a proposée ne me parlait pas vraiment au premier abord, mais après coup je me suis rendu compte que l’offre était ultra sexy ! Trop de gens disent que les offres ne sont pas intéressantes sans les avoir comprises.

Contrairement à la Food qui est sur-blindée d’acteurs, ici il n’y en avait quasiment pas. C’est toi qui fais l’industrie, tu peux donc devenir market leader et ça c’est génial.
Tu te retrouves avec des mecs qui comprennent tout avec 5 coups d’avance et tu comprends à quel point c’est cool de rejoindre le projet et d’apprendre avec ces mecs là, ils sont compétents et t’inspirent.
J’avais démissionné de chez L’Oréal et ça faisait 4 mois que j’attendais de trouver la bonne opportunité, j’en avais vu pas mal.
Mais avec Avostart j’avais l’opportunité de leader un projet et la fiche de poste correspondait à tout ce que je recherchais. Quand je suis arrivé, le produit avait déjà été lancé et on avait donc déjà des feedbacks, on devait restructurer, optimiser le produit pour en faire un énorme lancement.

Première rencontre avec les fondateurs, je les ai trouvés ultra inspirants, ils savaient ce qu’ils faisaient, ils étaient méga enthousiastes, motivés à 2000%. Ce que j’ai aimé c’est que c’est des mecs ultra simples et humbles alors que tu sens que les mecs déboitent quand même. Toutes les étoiles étaient alignées, le projet, le poste, l’équipe, la possibilité de pouvoir apprendre avec des gens talentueux, et niveau prétention salariale c’était ce que je voulais aussi.

Retrouve notre article sur "Comment faire le bon choix entre plusieurs opportunités".

alt

Quelques questions sur le passage grand groupe / startup :

Pourquoi avoir voulu rejoindre la sphère startup ?

Je ne voyais pas ma construction comme une construction de carrière mais comme une construction de projet, c’est-à-dire que je m’accomplis en tant que personne grâce aux projets que je réalise au fil du temps. Dans un grand groupe c’est pas possible de penser comme ça, tu dois penser à ta carrière, à qui va vouloir monter, sur quel poste, à ce que tu dois faire pour, etc. Ce qui est propre à tous les grands groupes, c’est que tu œuvres pour une grande cause mais toi tu t’oublies un peu dedans. Là où les chemins se séparent c’est quand tu te demandes « est-ce que la grande cause tu y crois ou pas ? »

Les 3 plus grosses différences ?

  1. Besoin d’être très méthodique et agile en startup afin de gagner le plus de temps possible et que ce soit bien fait
  2. Dimension plus simple et plus directe des rapports en startup car le but c’est que le projet aboutisse et qu’on fasse grandir le bébé
  3. Un job en startup est plus concret, les résultats sont plus mesurables très rapidement, tu peux implémenter, suivre et itérer ou rebondir plus facilement

Tout le monde vit pour le projet en startup. Tu ne viens pas pour ta carrière, tu viens pour un projet et finalement ça te sert pour ta carrière.

Est-ce que tu avais des appréhensions avant de te lancer?

Ma première appréhension était l’insécurité dans le travail, la peur de se retrouver seul. Mais finalement, tu te rends vite compte que c’est faux, il n’y a pas de grand risque. Typiquement dans une startup, les gens se rencontrent vite, la plupart des gens sont là pour t’aider, que ce soit via Ignition, via LinkedIn, etc.
Tu peux aller dans des meet ups, poser des questions, les gens sont ouverts.

Ma deuxième appréhension était la prise d’initiative sur des projets, se dire « est-ce que le projet va vraiment fonctionner ? » mais finalement il ne faut pas avoir peur, on essaie et on verra, si ça ne fonctionne pas on trouvera une autre solution.

Je suis resté pendant 4 mois sans avoir de travail, je voyais des opportunités qui ne me plaisaient pas forcément mais je ne paniquais pas, il ne faut pas hésiter à prendre son temps pour trouver le job de ses rêves en startup.

Je pense que tout le monde peut se faire au monde de la startup, il suffit juste de trouver chaussure à son pied. Et il y a tellement de startups à différents stages, dans différentes industries, que OUI c’est possible de trouver !

[...] il ne faut pas hésiter à prendre son temps pour trouver le job de ses rêves en startup..


Est-ce que tu veux monter ta boite à terme ?

Je pense que oui, dans l’éducation Tech, mais je pense que j’ai pas mal d’autres choses à apprendre avant. C’est un milieu où il y a beaucoup d’acteurs à convaincre, les acteurs publics, les parents, les professeurs… C’est un gros sujet !

Qu’est-ce qui te manque aujourd’hui en startup par rapport aux grands groupes ?

Ça peut paraître ultra mielleux mais rien... j’ai ce qu’il me faut, un projet canon, des personnes qui m’aident, et je suis en phase d’apprentissage.

Quelques mots sur ton expérience chez Ignition Program ?

C’était vraiment fou ! Le processus de sélection était clean, on savait ce que nos interlocuteurs faisaient. Une fois rentré dans le process, j’ai adoré être en contact direct avec ma matchmakeuse Violette qui était super. Ce que j’ai particulièrement aimé c’est qu’elle m’a d’abord proposé plusieurs opportunités, puis elle a très vite compris que j’étais quelqu’un d’ouvert, du coup elle m’a proposé des opportunités dans un plus large panel.
Le suivi était ultra-quali, pour vraiment te mettre en condition avec une vraie description de la boîte, une vraie description du poste. J’ai appris des choses avec tous les gens que j’ai rencontrés.
Avec Ignition, il y avait aussi les apéros communauté de Pierre et tout cet ensemble ça donne une réelle valeur ajoutée, les candidats ne sont pas lâchés dans la nature mais réellement suivis.

Ton conseil aux personnes qui hésitent à sauter le pas de l’entrepreneuriat ?

La vraie question à se poser : concrètement est ce que si tu te lèves tous les matins et que tu n’as pas vraiment envie d’y aller pourquoi tu devrais continuer à le faire ? Quel sont les motifs qui te font faire ça ? Après il faut lister. Les raisons sont parfois les salaires ou la peur du changement. Et finalement, en regardant les motifs on se rend souvent compte que ce ne sont pas des raisons valables.
Quand t’es petit, tu hésites à sauter dans la piscine mais une fois que t’es dedans, tu ne regrettes pas !



Un grand merci à Raphaël pour son temps et ce super témoignage. Nous sommes très fiers de son parcours et lui souhaitons plein de réussite dans cette belle aventure entrepreneuriale !

Et si son histoire vous inspire autant que nous et que vous vous sentez l'âme d'un entrepreneur, n'attendez plus pour vous lancer dans l'aventure start-up avec nous et postulez ici !

Author image
Programme de recrutement et d'accélération de hauts potentiels entrepreneuriaux dans les startups les plus prometteuses. Découvrez, innovez, bâtissez aux côtés des meilleurs entrepreneurs.
Paris Website
top